Skip to content Skip to footer
Par Franck Bezairie - Le 18 octobre 2022

Rares sont les réalisateurs qui mêlent renouvellement et homogénéité dans leur filmographie. Avec son esthétique peroxydée et ses histoires fantasques, Quentin Dupieux en fait partie. Couteau suisse, il s’occupe généralement du scénario, de la photo, de la réalisation, du montage… Le meilleur dans tout ça ? Le bonhomme est prolifique, alors on ne se plaint pas ! Et puis, qui aurait pu imaginer un tel parcours après les premiers pas de Flat Eric – dans la pub pour une célèbre marque de blue-jean ?

D’abord musicien, ensuite réal – ou l’inverse, voire les deux à la fois quand le bougre signe ses propres bandes originales -, Quentin Dupieux enchaîne les productions tantôt en VF, tantôt en VOST – voire les deux à la fois -, et rassemble toujours plus de pointures du cinéma dans ses projets ubuesques. Avec une poignée de courts métrages, de clips musicaux et 11 films au compteur, le cinéaste originaire de Clamart fait du bien au grand écran, et s’exporte même au-delà de nos frontières tricolores. À l’aube de la sortie de son nouveau long – Fumer fait tousser -, on s’est lancés dans le (re)visionnage de toute son œuvre… Retour et classement de l’ensemble de sa filmographie – forcément subjectif mais tout de même éclairé, on l’aime bien le gars.

Réalité, 2014

Avec : Alain Chabat, Jonathan Lambert, Élodie Bouchez

Le pitch : Jason Tantra, un cameraman placide, rêve de réaliser son premier film d’horreur. Bob Marshall, un riche producteur, accepte de financer son film à une seule condition : Jason a 48 heures pour trouver le meilleur gémissement de l’histoire du cinéma…

Ce qu’on aime : sans doute notre préféré de la filmographie de Mr. Dupieux. Indubitable hommage à David Lynch, notre réalisateur tricolore est clairement au sommet de son art. On souligne le plaisir indicible de suivre Alain Chabat dans ses obsessions… Les plus malins auront sans doute relevé le caméo de l’un des deux Daft Punk – sa femme jouant par ailleurs le rôle de la femme de Chabat.

Rubber, 2010

Avec : Stephen Spinella, Roxane Mesquida, Jack Plotnick

Le pitch : Dans le désert californien, des spectateurs incrédules assistent aux aventures d’un pneu tueur et télépathe, mystérieusement attiré par une jolie jeune fille. Une enquête commence…

Ce qu’on aime : récompensé du Grand Prix à la Samain du cinéma fantastique de Nice, Rubber est sans doute LE film qui propulse Quentin Dupieux dans la stratosphère. Il cachète au passage son film – et ceux qui suivront – d’une absurdité assumé, de cette réalité qui bascule tout doucement dans l’irréel, d’une énième remise en question des codes cinématographiques… et nous d’embarquer avec joie.

Fumer fait tousser, 2022

Avec : Gilles Lellouche, Vincent Lacoste, Anaïs Demoustier, Oulaya Amamra, Jean-Pascal Zadi

Le pitch : Après un combat acharné contre une tortue démoniaque, cinq justiciers qu’on appelle les “TABAC FORCE”, reçoivent l’ordre de partir en retraite pour renforcer la cohésion de leur groupe qui est en train de se dégrader. Le séjour se déroule à merveille jusqu’à ce que Lézardin, empereur du Mal, décide d’anéantir la planète Terre…

Ce qu’on aime : jamais distribution n’aura été aussi fournie dans un film de Dupieux – même Alain Chabat prête sa voix à un rat baveux qui rappelle les premières heures de Flat Eric. Quentin a le bras long, et ce que nous la France a de meilleur en comédiens semble accepter ses projets barrés sans broncher ! Ici, nous avons affaire à de petites histoires dans la grande histoire, et l’on plonge volontiers dans chacune d’entre elles, notamment celle de Blanche Gardin, dérangeante au possible… À l’heure où nous écrivons ces lignes, Quentin vient de recevoir un prix à Sitges – en Espagne – pour ce métrage.

Wrong, 2012

Avec : Jack Plotnick, Éric Judor, Alexis Dziena

Le pitch : Dolph a perdu son chien, Paul. Le mystérieux Master Chang pourrait en être la cause. Le détective Ronnie, la solution. Emma, la vendeuse de pizzas, serait un remède, et son jardinier, une diversion ? Ou le contraire. Car Paul est parti, et Dolph a perdu la tête.

Ce qu’on aime : à l’instar de Rubber, le quatrième long de Quentin Dupieux se déguste en anglais intégral. Un film plus terre à terre que son prédécesseur, mais ô combien prenant – où est passé ce fichu cabot ? @ spéciale à l’accent frenchy d’Éric Judor !

Le Daim, 2019

Avec : Jean Dujardin, Adèle Haenel, Albert Delpy

Le pitch : Georges, la quarantaine, quitte du jour au lendemain sa femme et son travail pour s’offrir le blouson de ses rêves, une veste en daim à franges. Le vendeur lui cède avec un caméscope numérique. Très fier du nouveau style que lui confère son achat, Georges prend une chambre d’hôtel dans une station des Pyrénées. Dans un bar, il fait la connaissance de Denise, une serveuse cinéphile qui rêve de devenir monteuse. Il lui fait croire qu’il est un réalisateur en repérage pour un prochain tournage. L’homme développe par ailleurs une véritable obsession pour son blouson…

Ce qu’on aime : quand Dupieux met la folie en boîte, cela donne Le Daim ! Au travers de son fétichisme pour un blouson – plutôt stylé il faut le reconnaître -, Jean Dujardin sombre peu à peu dans une paranoïa meurtrière… Bien loin de ses rôles d’agent secret, de surfeur blond ou de claquettiste, notre Jeannot national et sa partenaire à l’écran Adèle Haenel nous livrent une prestation juste et taillée sur mesure par Quentin Dupieux.

Wrong Cops, 2013

Avec : Mark Burnham, Éric Judor, Steve Little, Marilyn Manson

Le pitch : Los Angeles 2014. Duke, un flic pourri et mélomane, deale de l’herbe et terrorise les passants. Ses collègues au commissariat: un obsédé sexuel, une flic maître chanteur, un chercheur de trésor au passé douteux, un borgne difforme se rêvant star de techno… Leur système fait de petites combines et de jeux d’influence se dérègle lorsque la dernière victime de Duke, un voisin laissé pour mort dans son coffre, se réveille.

Ce qu’on aime : vous avez bien lu : Marylin Manson est au casting ! Grand frère spirituel de Wrong, le film dépeint le quotidien loufoque d’une bande de policiers californiens corrompus. Il décroche le prix spécial du président du jury au Festival international du film grolandais de Toulouse (FIFIGROT) en 2013 – une récompense remise des mains d’Albert Dupontel en personne.

Incroyable mais vrai, 2022

Avec : Alain Chabat, Léa Drucker, Benoît Magimel

Le pitch : Alain et Marie emménagent dans un pavillon. Une trappe située dans la cave va bouleverser leur existence.

Ce qu’on aime : ne nous faites pas croire que la bande-annonce – ci-dessous – ne vous donne pas envie de savoir de quoi il est question… Et croyez-nous : le voile du suspens est vite levé, pour laisser place à deux intrigues aussi minimalistes que captivantes. On se régale de retrouver ce bon vieil Alain Chabat accompagné de Léa Drucker, les deux formant un couple crédible et complémentaire.

Au poste !, 2018

Avec : Benoît Poelvoorde, Grégoire Ludig, Marc Fraize

Le pitch : Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Ce qu’on aime : après une pause de 4 ans – soit un véritable record dans sa filmographie -, Quentin Dupieux revient plus en forme que jamais… avec un huis clos d’une grande maîtrise. Son auteur le qualifie d’une “illustration hyper basique du coup de théâtre(source) – la fin du film vous le confirmera pleinement. Il raffle au passage le prix du meilleur scénario au Festival international du film fantastique de Catalogne.

Steak, 2007

Avec : Éric Judor, Ramzy Bedia, Sébastien Tellier

Le pitch : En 2016, la mode et les critères de beauté ont beaucoup changé. Une nouvelle tendance fait des ravages chez les jeunes : le lifting du visage. Georges, un jeune diplômé récemment lifté, profite des vacances d’été pour s’intégrer aux “Chivers”, une bande de caïds liftés à l’extrême. Blaise, un loser rejeté et ex ami d’enfance de Georges, aimerait lui aussi faire parti de la bande…

Ce qu’on aime : attention, bien que loufoque et mettant en scène nos deux compères, il ne s’agit pas d’une comédie “à la Éric et Ramzy” ! Steak est une critique ouverte aux diktat de l’apparence, de l’esthétique du corps et des sacrifices que l’homme – au sens général du terme – est capable de s’infliger au nom du “beau” et de l’appartenance à un groupe. Chivers !

Mandibules, 2020

Avec : David Marsais, Grégoire Ludig, Adèle Exarchopoulos

Le pitch : Jean-Gab et Manu, deux amis simples d’esprit, trouvent une mouche géante coincée dans le coffre d’une voiture et se mettent en tête de la dresser pour gagner de l’argent avec.

Ce qu’on aime : les fans du Palmashow sont aux anges ! Fidèles à eux-mêmes dans leur rôle d’imbéciles heureux, Grégoire Ludig et David Marsais ne se laissent pas démonter face au non-sens drosophilesque qui se présente à eux. À l’image d’Au Poste ! deux ans plus tôt, le film remporte le prix du meilleur acteur pour Grégoire Ludig et David Marsais au Festival international du film fantastique de Catalogne. Adèle Exarchopoulos et Roméo Elvis quant à eux sont respectivement nominés pour le César de la meilleure actrice dans un second rôle et le Magritte du meilleur espoir masculin.

Nonfilm, 2001

Avec : Vincent Belorgey, Bernard Amsellem, Thomas Belorgey

Le pitch : Vince se réveille dans une ville déserte. Un tournage a lieu, dont il semble être l’acteur. Après quelques scènes tournées, il tue malencontreusement l’ensemble des techniciens. Le reste de l’équipe décide de poursuivre le tournage, sans scénario ni caméra.

Ce qu’on aime : premier essai de Quentin Dupieux, Nonfilm est une mise en abyme d’un tournage sur lequel les acteurs et techniciens semblent tour à tour construire et déconstruire le métrage. Un film (ou pas) mais surtout une réflexion globale sur le septième art, son cadre, ses codes, ses limites.

On vous laisse avec son dernier album en date – sorti en février 2022 chez Ed Banger Records -, un OVNI de rap italien soutenu sur de gros beats dont seul Mr. Oizo – Quentin, donc – a le secret.

BREAKING NIOUZE du 8 novembre 2022 : Quentin Dupieux vient tout juste d’annoncer son douzième film, qui s’intitulera DAAAAAALI ! Une partie du casting a déjà été dévoilée, et embarquera Anaïs Demoustier, Édouard Baer, Pio Marmaï, Gilles Lellouche, Alain Chabat, Jonathan Cohen… On s’arrête là mais avons déjà hâte d’en savoir plus !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Mr.OIZO / Quentin DUPIEUX (@mroizo)