Skip to content Skip to footer
Par Fleur - Le 17 octobre 2014

Dans l’immensité de la nuit parisienne, un collectif s’est fait connaître en prêchant de nouveaux codes du clubbing. On a invité Félix de Givry et Etienne Piketty, deux des fondateurs du collectif Pain Surprises, à venir dans notre showroom pour nous éclairer sur leurs différents projets. L’occasion aussi de les passer au grill de notre « Portrait Frenchy » et d’évoquer Eden, film évènement, dans lequel Félix joue le rôle principal et que tous les fans de musique électro attendent avec impatience.

Tout talent Frenchy qui a la chance de passer par notre showroom doit passer au grill du PORTRAIT FRENCHY !
On sort nos fauteuils rouges dans le passage, on leur met notre super micro-iphone dans les mains et en voiture Simone !

Pourquoi avoir eu cette envie de « dynamiter » les soirées parisiennes ?

On ne se retrouvait plus trop dans les soirées qui se faisaient à Paris et on en avait marre que ça se limite à : un DJ + un bar + des filles qui dansent sur la piste. Il y a 4 ans on a donc voulu créer nos propres soirées et y intégrer le concept de surprise. On ne révélait pas les DJs qui allaient passer et on rajoutait des happening, c’est à dire qu’à n’importe quel moment de la soirée il pouvait se passer quelque chose. Ça pouvait être un concours de burqa mouillée ou une activité sur toute la soirée comme défier une culturiste au bras de fer avec un verre offert si tu réussis à la battre. On a fait une dizaine d’évènements qui ont bien marché, puis on a continué à faire autre chose que des soirées.

Et Pain Surprises maintenant ça donne quoi ?

Depuis les soirées, on a bien diversifié nos activités. Nos soirées nous ont permis de rencontrer des artistes pour qui on a produit des clips vidéo. Par exemple Kartell, qu’on a été les premiers à faire jouer et pour qui on a fait le clip Pantera.

On s’est également essayé à la pub avec les chaussettes Burlington, notre premier essai dans ce milieu. Au vu du succès de la première pub, ils nous ont confié la suite de leur campagne. Une marque qui choisit de nous confier une campagne pub sait qu’on ne va pas se fixer de limites! Récemment la partie du collectif qui s’occupe de cette activité a signé avec la marque Tupperware.

Pain Surprises c’est aussi un label qu’on a lancé en partie pour le cousin d’Etienne qui mixait. Au lancement du label, Jabberwocky (qui n’avait encore que 300 écoutes sur youtube) nous a contacté avec leur titre Photomaton. Le timing parfait.

Pour chaque projet on aime ne pas dépendre de l’extérieur et donc monter la structure qui puisse soutenir le projet entier.

Comment se fait la sélection des artistes du label ?

Soit on a un véritable coup de coeur pour la musique comme ce qu’il s’est passé pour Jabberwocky, soit ça se fait au gré de nos rencontres. C’est le cas de Grand Soleil, le groupe qu’on vient de signer et qui faisait partie de notre entourage. Vous trouverez rien sur eux pour le moment, ça sortira un peu avant 2015.

Qu’avez-vous fait de plus fou pour Pain Surprises ?

Tourner un film porno pour 800 personnes pendant l’une de nos soirées était un truc assez barjot!  Notre envahissement foiré du plateau du Grand Journal reste aussi un grand souvenir.

Pour chaque projet on aime ne pas dépendre de l’extérieur et donc monter la structure qui puisse soutenir le projet entier.

C’est quoi votre actu du moment ?

Actuellement on souhaiterait monter un festival d’électro en hiver en collaboration avec nos amis du Tournedisque et Antoine Kraft qui vient de quitter Savoir Faire. C’est un gros projet assez difficile à mettre en place. Après on a également un projet de magazine (Chiotte magazine), créer une ligne de t-shirts, celui de monter une boîte de production pour sortir un documentaire sur les musiques électroniques . . .

Pour toi Félix, c’est aussi la sortie d’un film qui suscite pas mal d’attentes: Eden ?

Félix : Tout à fait, le film sortira le 19 novembre. Ce film est une histoire d’amour, de jeunesse et de musique inscrite dans le mouvement French Touch des années 90-2000. C’était top, trois mois de tournage au total dont dix jours à New-York. D’ailleurs, tout Pain Surprises a passé le casting pour Eden et plusieurs de nos membres y jouent un rôle. L’esprit du collectif collait bien avec celui du film.

Tu es le personnage principal de ce film, comment as-tu atterri dans cette aventure ?

Félix : Un ami devait passer un casting, je l’ai accompagné et c’est finalement moi qui ai passé plusieurs étapes. Le film ne s’est pas fait mais c’est grâce à ce casting que j’ai été contacté plus tard pour Eden. Au final, c’est sans cours de comédie, ni réelle ambition de devenir acteur que je me suis retrouvé à interpréter le rôle de Sven, le frère de la réalisatrice Mia Hansen-Løve. C’est elle qui a écrit ce film car elle a vécu, via l’histoire de son frère, l’éclosion de la French Touch.

fin-de-tournage-eden-650x433

Le groupe emblématique de ce courant musical c’est les Daft Punk. Ils sont présents dans le film. Tu les as rencontrés ?

Félix : Oui, j’ai vraiment eu la chance de les rencontrer plusieurs fois. J’ai d’ailleurs visionné le film pour la première fois avec eux, ce qui m’a mis un peu la pression! Après ce n’est pas un film sur les Daft Punk, même si leur ombre plane tout au long du film.

Pour finir sur Eden, quel est ton meilleur souvenir de ce tournage entre Paris et New-York ?

Etienne : (rires) Le clap de fin !

Félix : J’ai un très bon souvenir de la fin du tournage. C’était au Queen à Paris. Cette journée de tournage était la dernière pour de nombreux acteurs. On avait tourné de 6h à 22h et au clap de fin, on a rangé les caméras et laissé la musique. Toute l’équipe, acteurs, techniciens, figurants avons dansé pendant une heure. Un beau moment juste entre nous.

Rencontrer les Daft Punk, ça fout un peu la pression

Les garçons, avant d’imaginer tous ces chouettes projets, que vouliez-vous faire quand vous étiez des petits frenchies ?

Félix : Dessiner des bateaux, même si je continue à vouloir un jour en dessiner.

Etienne : Quand j’étais vraiment tout petit je voulais être Dieu. Je n’ai pas encore réussi . . . Après je suis passé par plein d’autres trucs : pompier, GIGN, architecte . . . J’étais un peu paumé donc j’ai fini chez Pain Surprises.

Merci les gars !

DÉCOUVREZ D’AUTRES TALENTS FRENCHY