Skip to content Skip to footer
Par Charlotte Sandoz - Le 3 août 2016

Les paronymes ont été inventés pour qu’on s’emmêle les pinceaux. Ce sont des mots qui se ressemblent un peu beaucoup passionnément. . . mais qui n’ont pas du tout la même signification. Loin de nous l’idée de vous donner une leçon de français de A à Z : on vous épargne juste la correction du pote relou calé en grammaire quand vous vous plantez de mot.

Voici donc quelques phrases à ne pas sortir, dans lesquelles on a choisi le mauvais mot ! 

« Il a fait éruption dans la pièce ! »

(vous voulez dire irruption ?)

Cette phrase peut avoir éventuellement un brin de sens si ladite personne est utra énervée et déboule dans la pièce avec de la fumée qui sort des oreilles. Sinon, on dira plutôt : « Il a fait irruption« . Pour info, l’éruption est une explosion ! C’est le volcan qui fait éruption, pas nous.

« On lui a discerné le prix Nobel »

(vous voulez dire décerner ?)

En tout cas, si on confond les verbes discerner (distinguer plus ou moins nettement) et décerner (accorder à quelqu’un une récompense), c’est sûr à 100% qu’on ne risque pas de le recevoir ce fameux prix Nobel.

« T’es vraiment qu’un gros asocial ! »

(vous voulez dire asociable ?)

Vous poussez peut-être le bouchon un peu trop loin avec cette phrase. Sauf si la personne à qui vous parlez est vraiment un égocentrique-marginal-misanthrope, il paraît un chouïa plus adapté d’employer le mot asociable (qui souffre d’une grande timidité et a du mal à faire le premier pas vers les autres).

« Cet enfant est un petit prodigue de la musique ! »

(vous voulez dire prodige ?)

Sauf si l’enfant en question a claqué toutes ses économies pour s’acheter une guitare et est revenu l’air penaud chez ses parents, on dira « un petit prodige » (un génie). Et oui, être prodigue signifie dissiper son bien en dépenses déraisonnables et être obligé de revenir vivre chez ses darons.

« A l’intention de. . . » en rédigeant un courrier pro

(vous voulez dire à l’attention de ?)

Eurk, cette confusion risquerait de faire un peu tache sur une lettre de motivation. Ça partait peut-être d’une bonne intention (d’une bonne volonté), mais ça attire bien l’attention (une marque d’intérêt).

« Les cambrioleurs sont rentrés par infraction chez moi »

(vous voulez dire effraction ?)

Déjà, on vous souhaite très fort de ne jamais avoir à prononcer cette phrase. Ensuite, bien sûr que c’est une infraction de s’introduire chez quelqu’un sans y avoir été invité (une infraction, c’est le fait de manquer à un règlement, à une loi).

« D’après la conjecture économique. . . »

(vous voulez dire conjoncture ?)

On voulait avoir l’air intelligent à sortir des mots du voc’ économique, mais c’est raté. En fait, c’est la conjoncture économique. A ce rythme-là, vos interlocuteurs vont vite penser que vous conjecturez tout ce que vous dites (c’est-à-dire que vous ne faites que supposer, ce qui n’est pas très très sérieux !)

Si vous n’aviez pas repéré la faille dans une de ces phrases (ou dans toutes !), pas de panique : ce sont des petites erreurs de langage que tout le monde fait !

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !