Skip to content Skip to footer
Par Clelia Spitalieri - Le 24 août 2016

Ce roman vitaminé a beaucoup fait parler de lui cette année ! Il est encore temps de lire la pépite de la rentrée littéraire de janvier 2016, avant d’attaquer les nouveautés de septembre : on vous présente En attendant Bojangles, premier roman d’un jeune auteur frenchy, Olivier Bourdeaut. 

À lire la biographie de l’auteur, on pressent déjà un univers décalé :

« Durant dix ans il travailla dans l’immobilier allant de fiascos en échecs avec un enthousiasme constant. Puis, pendant deux ans, il devint responsable d’une agence d’experts en plomb, responsable d’une assistante plus diplômée que lui et responsable de chasseurs de termites, mais les insectes achevèrent de ronger sa responsabilité. »

Depuis, Olivier Bourdeaut a aussi écrit un livre enchanteur sur un couple magnifiquement givré, changeant de prénoms tous les jours, chassant les huissiers du FISC à coups de parapluie et laissant déambuler un grand oiseau exotique dans leur appartement.

C’est ainsi que l’enfant devenu adulte se souvient de ses parents, un couple magnifique sur lequel la réalité n’avait décidément pas de prise, dansant sur « Mr Bojangles » de Nina Simone, pratiquant la « gym-tonic », oubliant de l’envoyer à l’école lorsque la fête s’achevait au petit matin.

Maman était fâchée avec les horloges, alors parfois je rentrais de l’école pour goûter et il y avait du gigot et d’autres fois il fallait attendre le milieu de la nuit pour commencer à dîner. Alors nous patientions en dansant et en avalant des olives.

Mais il n’y a pas que l’enfant dans ce récit extraordinaire : il y a aussi le père, amoureux fou, dans l’alternance des voix, qui se laisse happer par la folie de sa femme tout en essayant de garder un oeil sur la réalité pour son jeune fils.

Jusqu’au jour où la réalité vient heurter de plein fouet cette existence fantasque : voyant sa femme internée après avoir mis le feu à leur appartement, il va offrir à sa famille une dernière valse, l’ultime grande illusion de leur vie. Ils organisent un kidnapping rocambolesque et reprennent la route de leur château en Espagne.

 Donc, pour résumer :

  • Si vous êtes encore en vacances, vous filez à la librairie du coin attraper cette petite merveille, pour vos dernières heures bénies de plage et de soleil.
  • Si vous êtes de retour et que la rentrée vous déprime, vous vous consolerez grâce à l’univers coloré de Bojangles, où le quotidien se transforme en parenthèse enchantée.

En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut, Éditions Finitude, 160 pages, 15,50€.

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !