Skip to content Skip to footer
Par Clelia Spitalieri - Le 16 février 2016

Sexistes, racistes, incitation à l’alcool, au tabac – on avale un peu de travers quand on regarde certaines publicités vintage. Et si la pub est toujours aussi décriée aujourd’hui, on se dit qu’on est quand même partis de loin ! Tour d’horizon des publicités les plus limites qui ont marqué notre histoire.

La bière, la femme

6gy9rWq

Dans la série inimaginable aujourd’hui, cette pub pour Kronenbourg donne à peu près le ton et date de … 1968 ! Il était temps qu’on dresse les barricades.

pub alcool1

Cette publicité d’une coopérative de bière date du milieu des années 1950 : de quoi faire rugir les associations et les groupes de soutien à l’allaitement !

Le racisme à l’affiche

 EU1900COLONIALIS019

«Battu et content», disait une réclame pour le chocolat Félix Potin illustrée par la silhouette du clown Chocolat en 1922.

Et non ce n’est pas une blague : c’était une constante dans la réclame publicitaire de la première moitié du XXème siècle : l’opposition des blancs et des noirs pour illustrer la propreté et la saleté.

La fée du ménage

Que les nouvelles générations en prennent de la graine et remercient nos pionnières du féminisme ! La marque Moulinex a probablement réalisé le pire en matière de publicité sexiste.

c8955883

Mais cette affiche du Ministère de l’Éducation Nationale n’est pas en reste : dites-vous bien que le salon des Arts Ménagers n’a disparu qu’en 1983, après un succès record dans les années 1950.

L’alcool et le volant

Vous n’en verrez plus jamais de pareilles : entre le Ricard, meilleur allié des Cheminots, et le Cointreau, sans qui il serait dangereux de prendre la route, on se demande si les Français n’étaient pas un brin cinglés … « Quelles conséquences, en effet, pourraient avoir pour chacun de nous un seul instant d’inattention de la part de ces responsables du rail et de la route ! Ils savent qu’ils doivent être sobres et c’est pourquoi « sur toute la ligne » de Marseille à Paris, ils ne boivent que du Ricard ! » Rassurant, non ?

Le sexisme des années 70

Et dans les années 70, c’était pas génial non plus : entre la grande Blonde et la marque de vêtements avec toute la famille à poil, le père seulement vêtu d’un pull, on ne sait plus où donner de la tête, entre sexisme, pédophilie, etc.

On termine en beauté et en images avec « La femme et la publicité : des années 50 aux années 70 » :

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !