Skip to content Skip to footer
Par Clelia Spitalieri - Le 14 mars 2016

Voilà un sujet capable de mobiliser systématiquement l’attention d’une dizaine de personnes au cours d’un dîner, et souvent plusieurs heures durant : les prénoms. . .

On se bagarre, on s’écharpe, on adore, on déteste, on se moque : « tu oserais appeler ta fille Gertrude ? Mais tu es tombé sur la tête, la pauvre enfant tu vas en faire une paria ! » et on se voit répondre « Ah, parce que Chrysanthème c’est sans doute mieux ? ». Mais voilà, tout est question de mode et les prénoms n’échappent pas à la règle.

Si vous avez l’impression qu’une épidémie de Marcel, Edmond, Adèle, frappe les nouveau-nés et se dissémine partout en France, retardez votre exil : cette mode, comme les autres, finira par passer. Pour le meilleur ou pour le pire.

Retour sur les grandes tendances françaises en matière de prénoms des dernières décennies.

Les prénoms des Trente Glorieuses

diaporama-489-Les-tabliers-de-la-rue-de-Rivoli-Par

La fin de la guerre ouvre une vaste période de prospérité économique pour la France : c’est l’explosion démographique, « le baby-boom ». Et tous ces nouveaux bébés, eh bien il faut leur donner des prénoms.

La guest-star des années 50, c’est Jean chez les garçons, et Marie chez les filles. Jusqu’ici, du très classique : mais comme vous pouvez le voir sur le graphique ci-dessous, Jean n’est plus en très vogue aujourd’hui. Jean et Marie sont en revanche les prénoms les plus donnés entre 1900 et 1950 : les Fraisine et autres inventions douteuses du XXIème siècle n’avaient pas encore leur place dans la tête des Français.

graphique-prenom-JEAN-11145

De 1960 à 1970, Jean et Marie sont détrônés par Philippe et Sylvie (vous constaterez qu’aujourd’hui Sylvie est un prénom has-been, tandis qu’Adèle remonte en flèche).

Les prénoms en vogue depuis les années 80

Alors qu’on comptait 55 000 Jean en 1950, prénom le plus donné, on atteint seulement 20 000 Nicolas, n°1 des années 80. Les prénoms sont de plus en plus disparates, les Français font preuve d’originalité.

Chez les filles, le trio gagnant est Aurélie, Émilie, Élodie : la mode est « ie », elle va vite virer aux terminaisons en « a » (Laura, Léa, Clara).

Quand la société influe sur les prénoms

Les chanteuses star des années 2000, Alizée et Lorie, ont crée des pics juste après la sortie de leurs chansons : le nombre d’Alizée passe de 561 à 1201 entre 2000 et 2001, avant de redescendre à 672 l’année suivante. Même évolution pour la chanteuse Lorie qui sort son premier album en 2001. Entre 2000 et 2002, le nombre de Lorie en France passe de 71 à 496.

Dans les années 90, ce sont les Jordy qui se multiplient Dur dur d’être bébé sort en 1992 et les prénoms donnés le montrent. Seulement 29 enfants sont appelés Jordy en 1991, contre 1.204 en 1993.

La chanson et la fiction sont également des facteurs d’influence : le prénom Mélodie n’était par exemple recensé nulle part en 1971 avant l’album de Gainsbourg, Histoire de Melody Nelson. Et puis c’est l’explosion : on en compte 2 000 dix ans plus tard.

Le succès du film Titanic a fait bondir le prénom Rose, qui entame une progression fulgurante dès 1997 (les Léo aussi par ailleurs).

maxresdefault

À l’inverse, les drames peuvent aussi faire reculer des prénoms : Oussama après les attentats du 11 septembre est en net recul, Gregory après l’affaire dite du « petit Gregory »,

Le phénomène Marcel est assez amusant : d’abord un prénom snob, qu’on a beaucoup retrouvé dans le Bottin Mondain après les premiers succès de Proust, il est repris par les classes moyennes qui le trouvèrent chic. Puis les ouvriers. Puis les agriculteurs. Dans les années soixante, Marcel est devenu un prénom populaire qui évoquait un paysan quadragénaire. Puis il est tombé en désuétude.

Et voilà qu’aujourd’hui, il est repris par les élites branchées et bobo : comme Marcel, souvent les prénoms commencent à être donnés au sein d’un milieu social branché. Puis la masse reprend l’idée et, peu à peu, il se ringardise. Les élites ont déjà lancé une autre mode depuis longtemps.

Prions pour qu’il ne s’agisse pas de Nabilla …

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !