Skip to content Skip to footer
Par Les Petits Frenchies - Le 25 septembre 2013

Par Muriel, créatrice du blog The Greenwasher.

La première image que j’associe au Made in France, c’est le Ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg vêtu d’une marinière Armor Lux, muni d’un mixeur Moulinex et d’une montre Michel Herbelin, en une du Parisien magazine le 19 octobre 2012. Trois marques, trois entreprises qui maintiennent les outils de production sur le territoire national et incarnent l’idée d’un certain savoir-faire français. Si un ministre s’expose ainsi, c’est que la fabrication française ne fait pas rêver tous nos citoyens. Pourtant l’idée de consommer français resurgit en ce contexte de crise – comme souvent le protectionnisme apparaît comme une solution toute trouvée aux problèmes économiques d’un pays – mais l’idée neuve ici est de repenser nos modes de consommation vers plus de bon sens, de durabilité, d’écologie.

Choisir Made in France, c’est chercher à diminuer les coûts de transports, c’est aussi revenir à des matières premières et des technologies ancrées localement ; en un mot, choisir d’être consom’acteur. Pas besoin de transposer cette consom’action dans la vie courante à la lettre en mode exclusion de ce qui n’est pas bleu blanc rouge, mais au contraire en découvrant et savourant une foule de produits insoupçonnés : par exemple adopter un régime locavore bio – une foule de fruits et légumes poussent sous nos latitudes, tout compte fait – ou offrir un cadeau customisé réalisé par un artisan/artiste du coin.

Ainsi le Made in France croise les thématiques d’agroécologie et de récup’/upcycling. Au-delà du lien marchand, c’est l’occasion de créer des relations avec les maraîchers sur le marché local (plus sympa que le contact avec la balance dans un supermarché) et de faire marcher le bouche à oreille pour acheter ses cadeaux de Noël (plus efficace de s’adresser à une copine qui tient la boutique d’objets upcyclés en bas de chez soi que de parcourir un centre commercial anonyme). A citoyen et gourmand, on peut assurément ajouter au Made in France l’épithète écolo. Le Made in France a toutes les raisons de devenir une composante de la sobriété heureuse décrite par Pierre Rabhi – acheter moins, parfois un peu plus cher en contrepartie de la garantie de la qualité et savourer, se contenter de ce que l’on possède. Français ou pas.

Faire un tour sur The Greenwasher.