Skip to content Skip to footer
Par Les Petits Frenchies - Le 13 juin 2013

L’interview de Sébastien Thiriet pour Moodjo. Quel est le concept de Moodjo ?Moodjo est une appli de rencontre qui s’adresse aux personnes… qui ne souhaitent pas être sur les sites de rencontre. Avec Olivier, on s’est dit qu’il manquait un « outil facilitateur de rencontres dans la vie quotidienne » : un outil simple, sympa et bon esprit qui s’adresserait prioritairement aux gens comme nous, jeunes trentenaires bien dans leurs baskets, habitant dans de grandes villes, qui sortent, qui voient des gens et qui n’ont pas envie de se « prendre la tête ».

La vraie bonne idée derrière moodjo – et ce qui fait que moodjo ne ressemble à aucune autre appli de rencontre – c’est sa logique d’organisation en « cercles » : nous, on est convaincus que 95% des rencontres spontanées se font au sein de nos propres cercles de fréquentation. On a donc pensé l’appli pour que celle-ci facilite les rencontres sur les lieux que l’on fréquente quotidiennement ou au sein de nos propres cercles de fréquentation naturels (nos amis et amis d’amis, les bars et cafés où on est toujours fourrés, notre école ou université, au boulot, en faisant du sport, à notre station de métro…) En bref, moodjo est à cheval entre le réseau social et l’appli de rencontre : on prend ce qu’il y a de mieux dans fourthsquare, google+, facebook et meetic pour en faire un vrai outil sympa de sociabilisation dans la vraie vie.

Concrètement, comme ça marche ? Très simplement. Vous vous inscrivez aux cercles que vous fréquentez dans la vraie vie ou vous faites un check-in dans un lieu où vous vous trouvez. Vous taguez les personnes qui vous intéressent. Les autres utilisateurs font de même. S’il y a intérêt réciproque avec une personne, moodjo vous met en relation et à vous de jouer ! On vous donne quand même un dernier petit coup de pouce en vous offrant la possibilité de tchatter, histoire de faciliter le « brisage de glace ».

C’est quand même cool de ne pas risquer de se prendre un râteau, non ? N’est-ce pas ! On a en effet pensé aux gens timides, car nous-mêmes on sait très bien ce que c’est de repartir d’un endroit frustré en se disant « c’est trop bête, j’aurais dû me lever et aller la voir… » On a essayé avec moodjo de lever le verrou principal qui freine les rencontres spontanées dans la vraie vie : la peur de se prendre un vent. Sur moodjo, vous pouvez taguer sans crainte, vous êtes couvert par le « Windshield », notre bouclier « anti-vents » : vous restez anonyme tant que vous n’aurez pas été tagué(e) en retour. Donc plus d’excuse pour ne pas tenter sa chance !

Quelle est la première phrase que vous diriez si vous abordiez une personne rencontrée grâce à Moodjo ? Ouh là, là. La colle ! Disons que ça dépendra énormément de la situation… Bon, il vous faut une réponse, pas vrai ?… disons… « J’adore ta coupe de cheveux » ? 

Savez-vous si des couples/amis se sont déjà formés grâce à moodjo ? C’est vrai que c’est difficile d’en avoir la certitude juste sur la base des statistiques que nous remonte l’appli, même si en théorie le nombre de tags mutuels est un bon indicateur… On ne va pas jusqu’à vérifier sur place que les deux personnes concluent bien l’affaire. Par contre, malgré l’extrême jeunesse de l’appli, on a déjà eu des retours spontanés de personnes qui nous ont dit avoir fait des rencontres très sympas grâce à moodjo. Ce qui nous a fait bien plaisir et ce qui montre que ça marche et que l’appli plaît. Maintenant, ce qu’il faut pour que ça soit vraiment drôle, c’est que la communauté des utilisateurs grossisse !

Racontez-nous vos parcours et votre cheminement vers l’entrepreneuriat. Olivier et moi avons fait nos études ensemble… On a donc beaucoup échangé sur le sujet des rencontres. Mais aussi sur des idées d’entrepreneuriat : on tenait même à jour un « cahier des idées lumineuses » (dont aucune n’a vu le jour bien entendu). Ensuite, on a chacun évolué dans nos carrières professionnelles (Olivier dans une autre aventure entrepreneuriale, moi dans la pub) mais on a toujours continué d’échanger sur le sujet (de l’entrepreneuriat, pas de la rencontre !). Du coup c’est assez naturellement que, lorsque l’idée de moodjo a germé fin 2010 au cours d’un apéro sur une terrasse ensoleillée, on s’est dit qu’il fallait y aller ! Ça a pris un peu de temps car je partais en tour du monde et Olivier partait s’installer à Biarritz mais on s’est accrochés : Olivier a bossé au milieu des cartons, moi dans des bus un peu partout autour du globe, et après bien des péripéties qu’on ne détaillera pas ici par peur de vous lasser, moodjo a fini par voir le jour… avec beaucoup, beaucoup de retard !

Quelle est votre plus belle réussite depuis le début de cette aventure ? Tous les jours, on a des feedbacks d’utilisateurs qui nous disent que le concept et l’appli sont top. Cette appli est tellement du 100% « home-made », faite à la force du poignet, que rien que le fait qu’elle existe, que tous les jours des gens la téléchargent, l’utilisent et y prennent du plaisir, c’est pour nous un grand objet de satisfaction. On n’était pas sûrs d’y arriver et on est très satisfaits du résultat final, même si ce n’est qu’une V1 et que ce n’est que le début de l’aventure. Evidemment, plus il y aura d’utilisateurs, plus on sera content.

Un dernier petit mot pour les PetitsFrenchies ? Bon, les Petits Frenchies, on se retrouve sur moodjo ?

Merci Sebastien !

Retrouvez la description de l’appli ici.