Skip to content Skip to footer
Par Clelia Spitalieri - Le 22 décembre 2016

Les clichés ont la vie dure pour les Martiniquais et Guadeloupéens : de l’inévitable « mais t’es vraiment français ? » à l’immanquable Compagnie Créole, on vous dit tout ce qu’il faut savoir pour énerver un Antillais (ou pour éviter cela, justement, ça marche aussi dans l’autre sens). 

Tous des fainéants

Plages de sable, cocotiers et verre de rhum à la main : voilà l’image que se fait généralement le métropolitain de la vie aux Antilles. Mais il paraît qu’il y a de vrais bureaux, avec des vrais gens qui travaillent. Si, si.

Tous alcooliques

Le rhum + le soleil, forcément ça cogne dur. Certes, la canne à sucre représente une grosse part du marché agricole, mais ce n’est pas pour autant que tous les Antillais remplacent l’eau par le rhum.

Tous fans de la Compagnie Créole

« Ça fait rire les oiseaux » mais plus beaucoup les Antillais, qui commencent à en avoir plein le dos de leur patrimoine musical.

C’est la même sécu, le même passeport que pour la France ? Incroyable !

Et un climat beaucoup moins pourri, aussi !

La langue officielle, c’est le créole ?

« Au même titre que le cht’i, face de rat », l’Antillais vous répondra.

La Guadeloupe, c’est vers l’Afrique non ?

Et la France se situe au beau milieu de l’océan Indien ? Ils en ont de la chance ces métropolitains.

Les Antillais sont tous des chauds-lapins

Le zouk, le rhum, le soleil, le farniente – ah non, c’est encore un cliché – aident forcément à développer une sensualité qui rend les habitants de la métropole un brin jaloux.

Les Antilles, c’est top pour les vacances

Cela va sans-dire, mais c’est aussi super pour y vivre : on peut y trouver un vrai travail, des gens chaleureux, du soleil toute l’année, sans visa ni permis de travail. Elle est pas belle la vie ?

Pa ni pwoblém’!

DÉCOUVREZ ENCORE PLUS D’ACTU FRENCHY !