Skip to content Skip to footer
Par Clémence Chauvin - Le 27 juillet 2015

Depuis quelques années, les séries françaises ont le vent en poupe ! Emmy Awards, diffusions à l’étranger dans la langue de Molière (fait rare !) . . . Mais si le made in France séduit en dehors de l’hexagone, nos chaînes nationales s’entêtent à diffuser les mêmes séries US technologico-policières et un poil fades. Zoom sur ces séries frenchy qui cartonnent partout et dont on peut être fier, mais aussi celles qu’on assume un peu moins !

Les séries Canal +, le carton plein

C’est avec les investissements massifs du groupe Canal dans la production de nouvelles séries, que le grand retour des programmes français sur les écrans internationaux se profile. C’est en 2005 avec Engrenage que la chaine cryptée marque ce tournant. Série policière noire racontant les méandres du système judiciaire français à Paris, la série fait un carton outre-manche sur BBC4, réunissant 500.000 spectateurs, soit le double du nombre moyen de spectateurs pour le prime time de la chaîne.

Les succès signés Canal s’enchaînent : Mafiosa (2006), Braquo (2009), Maison close (2010). En 2013, c’est la consécration avec la série Les Revenants, sacrée « Meilleure série dramatique » lors des Emmy Awards. La série est diffusée dans une quarantaine de pays et fait un carton chez nos amis les rosbeefs le dimanche en prime time sur Channel 4. Portées par la VOD, les fictions françaises font même frissonner aux USA, dont le marché est difficilement accessible aux fictions étrangères. Le géant Netflix a, par exemple, rajouté Engrenages à son catalogue et Hulu a acquis les droits des saisons de Braquo.

Et si la barrière de la langue peut constituer un frein à leur diffusion outre-atlantique, les séries Canal inspirent Hollywood qui s’arrache leurs droits pour concocter des remakes à la sauce Uncle Sam : Mafiosa au coeur de la mafia mexicaine ou Maison close dans les Etats du Sud.

Ce qu’on retient ? Les droits des trois séries phares de Canal que sont Engrenages, Braquo et Mafiosa ont été rachetés par plus d’une centaine de pays ! Cocorico !

Les séries franchouillardes qu’on assume un peu moins !

Toutefois, les séries qui s’exportent n’ont pas toujours le glam’ à la Canal ! Et oui, nos amis étrangers jettent parfois leur dévolu sur des séries assez improbables ! On pense notamment à Sous le soleil, comble du kitsch et série phare de TF1 dans les années 90, qui détient le record d’exportation à l’étranger avec une diffusion dans plus de 130 pays sous le nom de Saint-Tropez !

Parmi les séries de la honte qui s’exportent presque malgré nous à l’étranger, on retrouve également Hélène et les garçons diffusé avec un doublage qui fait rêver mais aussi les séries policières qui ravissent nos grand-mères telles Julie Lescaut , Navarro, Alice Nevers, ou encore, dans un autre registre Joséphine, Ange Gardien. Toutes ces séries cartonnent dans les pays de l’Est, en Espagne ou en Italie.

Ce qui plaît ? Outre leur franchouillardise, ce sont les valeurs positives qu’elles véhiculent qui enthousiasment les étrangers !

Les Frenchies sur le podium de l’export mondial de l’animation

On connaît déjà le talent des Français dans le domaine du cinéma d’animation, comme on a pu le voir avec le récent Petit Prince, mais les dessins animés made in France se vendent comme des petits pains : Oggy et les cafards, Astérix sont des succès internationaux. Zou, adapté de l’oeuvre de Michel Gay est diffusée en animation dans non moins de 150 pays !

Les Totally spies et Titeuf font également partie des plus beaux succès français à l’étranger en matière d’animation. La France est le troisième exportateur mondial d’animation derrière les Etats-Unis et le Japon et ce n’est pas un hasard ! Un savoir-faire fondé sur des écoles d’animation réputées à travers le monde, des pouvoirs publics qui investissent et produisent beaucoup dans le domaine sont les ingrédients made in France du succès de cette industrie florissante !

Une télé française aux programmes bleu/blanc/rouge

Pourtant, bien que les succès français ne manquent pas, la télé hexagonale rechigne à diffuser ce type de programmes, qu’elle néglige au profit des séries US faciles. En effet, alors que les programmes français s’exportent de plus en plus, le nombre de soirées consacrées à la diffusion de séries françaises a baissé de 12 % trois ans quand la part des programmes étrangers augmentait de 23%. Bien dommage quand on connaît le potentiel de nos créateurs !

PLUS D’ACTUS FRENCHY SUR NOTRE WEBMAG !