Skip to content Skip to footer
Par Alexandre du Gardin - Le 23 novembre 2022

Nombreuses sont les vedettes qui n’ont pas voulu se lancer dans le showbiz’ avec leurs noms de naissance. Pourquoi ? Peut-être parce qu’ils étaient un peu trop longs, trop connotés ou trop planplans pour eux… peu importe les raisons ! Aujourd’hui, on brise les secrets qu’ils ont gardés si longtemps. Déso.

Jean-Philippe Smet (Johnny Hallyday), Claude Moine (Eddy Mitchell) ou encore Charlotte Gonin (Vitaa), découvrez ces 15 vedettes qui ont tenu à “stariser” un peu leurs noms.

Johnny Hallyday – Jean-Philippe Smet

Pourquoi s’appelait-il Johnny Hallyday ? L’histoire est plutôt jolie. Les relations avec son père biologique étant complexes, Jean-Philippe Smet décida de récupérer le nom de son papa de coeur : Lee Halliday. Jean = Johnny = Johnny Hallyday. Un nom qui colle un poil mieux à une immense star du rock il faut le dire.

Arthur – Jacques Essebag

Dès son plus jeune âge, Jacques possédait déjà une réelle passion pour la radio. Lorsqu’il arriva sur RFM dans les années 80, un autre animateur s’appelait Jacques, il décida donc de changer de nom pour Arthur.

Zaz – Isabelle Geffroy

Quand on connaît un peu le style musical de Zaz, on l’imagine moins s’appeler Isabelle Geffroy c’est certain. En plus on lui faisait certainement la vanne “hey dis donc Isabelle, tu as froid ou pas ?”…

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par ZAZ (@zaz_off)

Lomepal – Antoine Valentinelli

Nombreux sont les rappeurs à utiliser des pseudonymes : Akénathon, La Fouine, Booba… Pour Lomepal, l’histoire est toute simple :  ses copains l’appelait tout le temps “l’homme pâle” du à la teinte de sa peau. Pas fan des cabines d’UV notre cher Antoine.

Jean Reno – Juan Moreno y Herrera-Jiménez

Vu la longueur, on comprend aisément l’envie de l’acteur de raccourcir et de franciser un peu le tout. Onze syllabes qui en deviennent trois… C’est bien plus simple ! Mais dites-le : Jean Réno ça roule sur la langue sans soucis.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jean Reno (@jeanrenofficiel)

Catherine Deneuve – Catherine Dorléac

L’actrice française a choisi le nom de jeune fille de sa mère, plutôt que celui de son père. Les deux sont beaux pour des vedettes.

Eddy Mitchell – Claude Moine

À l’image de son copain Johnny, le chanteur a voulu un petit peu “américaniser” son image. Eh oui l’American Dream c’était quelque chose à l’époque ! Claude devient Eddy et Moine devient Mitchell.

Orelsan – Aurélien Contentin

Une contraction d’Orel pour Aurélien et de San qui veut dire “monsieur” en japonais. Plutôt logique finalement quand on connaît la passion du rappeur pour les mangas et le japon.

Vitaa – Charlotte Gonin

La chanteuse a simplement voulu rendre hommage à sa grand-mère en prenant son prénom “Vita”. Elle a rajouté un petit “A” pour le kiff et voilà un joli pseudo pour nos vedettes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par V I T A A (@vitaa)

Joey Starr – Didier Morville

Didier : un prénom peut-être moyennement raccord avec le lifestyle d’un “gansta rappeur” parisien desannées 90… On peut facilement comprendre l’envie de changer. Son pseudo serait venu en deux parties : premièrement Didier aurait choisi Joey car c’était le nom utilisé à l’époque de l’esclavage pour désigner un homme noir qui pouvait rentrer dans la maison du maître. Et Starr car son ami de l’époque aimait lui donner des petits suffixes du genre.

Vincent Cassel – Vincent Crochon

Pourquoi il a changé ? Parce qu’il préférait Cassel, tout simplement.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VINCENT CASSEL (@vincentcassel)

Mimie Mathy – Michèle Mathy

Un simple raccourcissement peut jouer beaucoup : Michèle devient Mimie et c’est directement plus sympa.

Nekfeu – Ken Samaras

Ses amis d’enfance lui ont inspiré ce pseudo. Ils le surnommaient “fennec”, en verlan ça donne : Nekfeu.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @nekfeu_offiiciel

Coluche – Michel Gérard Joseph Colucci

Un peu à l’image de Jean Réno : on raccourcit on francise un coup et voilà le travail ! On se retrouve avec l’un des pseudos les plus emblématiques de l’histoire.

Christophe Maé – Christophe Martichon

Eh oui encore une fois, trois syllabes c’est trooop looong pour percer dans le showbiz’ ! On s’attache plus à Maé qu’à Martichon.

On se rend finalement compte que plus rares sont les vedettes qui gardent leurs noms que l’inverse. Mais ce n’est pas plus mal en fait, Jean-Philippe Smet aurait sans doute écrit “Raviver la flamme”…