Skip to content Skip to footer
Par Franck Bezairie - Le 10 août 2021

Ceux qui ont bien tout suivi en cours de philo se souviendront sans doute de Roland Barthes, qui a notamment dit (ouvrez les guillemets) : « Ce que la photographie reproduit à l’infini n’a eu lieu qu’une fois : elle répète mécaniquement ce qui ne pourra jamais plus se répéter existentiellement. » En somme euuuuh… on n’a rien compris !

Ok, on voulait juste attaquer ce nouvel article en ayant l’air malins. C’est raté, mais pas besoin de trop se creuser la cervelle car la photo, on l’aime tout simplement pour ce qu’elle est : un moyen de mettre de beaux moments à plat, de magnifier le réel, de poser la vie sur de la matière – si tant est qu’on ne laisse pas nos milliers de clichés s’accumuler et dormir dans nos téléphones. La Journée mondiale de la photographie tombe le 19 août 2021 cette année, l’occase pour nous de poser une liste (non exhaustive) des artistes du genre, ceux-là mêmes que l’on admire pour leurs talents de daguerréotypeurs. Clic clac Kodak !

Bettina Pittaluga, tous les corps sont beaux

Photographe franco-uruguayenne installée à Paris, Bettina Pittaluga capte les êtres humains, mais pas n’importe lesquels : ceux de l’ombre dont l’intimité, la grâce et la beauté ont une infinité de choses à raconter.

Bettina dégaine ses objectifs depuis ses 14 ans, et n’a jamais quitté l’argentique dès lors. « Je lutte contre l’objectivation des individus dans les médias, et je trouverais ça dégradant de vouloir quelque chose de l’autre quand ça ne vient pas de lui directement ». (Konbini arts). Le résultat ? Des clichés chaleureux, vrais et authentiques… tout comme ses sujets.

L’INSTA DE BETTINA

David Ken, un grand sourire ou rien

Petite entorse au règlement LPF, mais nous ne pouvions résister à l’envie de vous le présenter : un photographe belge qui donne le sourire !

Le photographe de mode David Ken immortalise les plus beaux sourires de France et de Navarre, à travers son LOL Project : une démarche lancée en 2009, dans laquelle David accumule les prises de parfaits inconnus en train de se gondoler. L’objectif – sans mauvais jeu de mots : « révéler le meilleur de chaque personne lors d’un grand éclat de rire qui fait du bien, tout simplement. » Autant dire qu’aujourd’hui plus que jamais, tout le monde en a clairement besoin… Dites « ouistitiii » !

LE LOL PROJET

Lise Sarfati, capter l’identité féminine

Difficile de faire plus naturel que les prises de Lise Sarfati. Née en 1958, la photographe a la chance d’avoir consacré la plus grande partie de sa vie au huitième Art via la concrétisation de nombreux travaux photo.

Focus sur SHE, un projet mis en boîte en 2012 qui explore l’identité féminine et le quotidien des femmes qui nous entourent. Quatre modèles ont posé pour l’intégralité des 120 pages de l’album photo – ne le cherchez pas, il est épuisé depuis belle lurette -, un rassemblement d’images qui n’ont pour autant rien d’un album de famille… ou peut-être que si ? À vous de vous faire une idée à travers les dizaines de clichés et regards collectés.

LE PORTFOLIO DE LISE

Patrick Demarchelier, de père en fils

La réputation de Patrick Demarchelier n’est plus à faire : le Havrais a mis sur pellicule les plus grands noms de la mode et de la publicité. Madonna, la princesse Diana, Kate Moss, Cindy Crawford, Cara Delevingne… La liste serait bien trop longue !

Ce dont on est sûrs, c’est que ses parents ont eu un éclair de génie en lui offrant un appareil photo pour ses 17 ans. D’ailleurs, son fils cadet Victor suit le même chemin que papa, en collaborant avec de prestigieuses maisons de luxe et grands magazines de mode internationaux. Les deux artistes ont également exposé leurs plus beaux clichés respectifs lors d’une exposition en 2020, Héritage.

L’INSTA DE PATRICK

Leila Alaoui, portraits marocains

Attention, destin tragique… En janvier 2016, Leila Alaoui décède suite à ses blessures engendrées lors d’attentats à Ouagadougou, parmi une trentaine de victimes.

La photographe et vidéaste née à Paris laisse derrière elle des photos intenses et toujours plus engagées, dont on retiendra par exemple No Pasara (littéralement « Il ne passera pas »), une série d’instantanés mêlant narration documentaire et esthétique photographique. Et comme si de belles images ne suffisaient pas, son héritage va plus loin : une fondation portant son nom voit le jour en mars 2016, dans le but de faire perdurer et rayonner les valeurs humanistes véhiculées dans les clichés de la photographe.

LA FONDATION DE LEILA

JR, le pro du collage

Est-il bien nécessaire de présenter à nouveau notre photographe préféré d’entre tous ? La légende raconte que JR (pour Jean-René) déniche un appareil photo dans le métro parisien en 2001.

20 ans plus tard, ses nombreux projets l’ont emmené dans une belle poignée de pays, dans lesquels il démocratisera cette technique dont il est devenu le Pape moderne : le collage photographique, de grands portraits et autres mises en scène en noir et blanc, qui investissent l’espace public. Début 2021, il lançait un incroyable supermarché artistique en plein cœur du Marais, et nous a récemment régalé d’un superbe trompe-l’œil au pied de la tour Eiffel… Où s’arrêtera-t-il ?

L’INSTA DE JR

Bettina Rheims, mises en scène

C’est sans nul doute imprégnée de ses rapides passages dans le mannequinat et le journalisme que Bettina Rheims développe son œuvre.

Née en 1952, c’est à l’âge de 29 ans qu’elle expose sa première série photographique : Strip Tease. Des portraits inspirés et inspirants qui feront de chouettes pochettes de disques, affiches de films ou encore couvertures de magazines à travers le monde. En parallèle, elle placera de nombreuses vedettes devant son objectif, et n’aura de cesse de questionner la féminité et l’identité sexuelle. Tenez, pour briller en société sachez que c’est elle qui signera le portrait officiel… de Jacques Chirac !

L’INSTA DE BETTINA

Vincent Munier, parmi les animaux

On termine avec un grand bol d’air pur, grâce aux merveilles photographiques de Vincent Munier. Ici, place à la nature sauvage, aux frissons de l’aventure et au vertige des grands espaces. Car la spécialité de Vincent, ce sont les animaux, et certainement pas le chat du voisin !

Cela fait bientôt 20 ans que le photographe né à Épinal immortalise majestueux félins, ours polaires, rapaces et autres loups arctiques. On ne s’étonnera donc pas s’il s’est fait connaître auprès le grand public à seulement 19 ans, grâce à son prix décroché au Wildlife Photographer of the Year !

LE FACEBOOK DE VINCENT